There’s no party in these pants

They’ve gone and done it! Honestly, I swear! A new map showing the size of penises across Europe popped up on my newsfeed two days ago. So then, does this one make up for the last one? Forget it, my poor things. It’s worse. This time, there doesn’t even seem to be any scientific research behind the long, meticulous journey, going from penis to penis with a decimal ruler.

Even if we were to assume that these results were valid, the question still remains of how they went about it. Were these men left jerking their gherkins in peace whilst they had full-on erections? Did the scientist in charge of the measurement take it upon themselves to ensure that the data was collected? Hmm, I’ll tell you what I think my friends, all that’s just a load of bullshit.

So, staying on the theme of men this evening, let’s take a look at the other part of these gentlemens’ genital package: the testicles.

For several years, scientists have already been recommending men not to work with a computer on their lap, as the heat can cause a risk of infertility. In fact, using a computer for 30 minutes can cause an increase in temperature of 2.5°C and can therefore lead to scrotal hyperthermia (overheating of the scrotum which can’t be put down to the girl-next-door’s cleavage but to the use of said computer) However, a new study published in The Fertility and Sterility Journal by Conrado Avendano and his team suggests that Wi-Fi could well be more damaging to sperm than heat. Actually, electromagnetic waves emitted and received by the device (the computer, not the bloke’s package, keep up!) could cause immobility and genetic damage to sperm cells. In their experience, 25% of sperm cells placed under a Wi-Fi emitting computer for 4 hours stopped moving, and 9% experienced changes in genetic code (compared to 14 and 3% without Wi-Fi). Scientists are still apprehensive and are awaiting further investigation; results such as this remain unpublished at the moment.

The moral of this evening’s post: let your balls air lads, and if needs be get some help from the girl-next-door. She could even measure your member to make a proper map while she’s at it. Maybe I’ll put myself forward to collect the results!!

references : for the truthful map, let’s thank Buzzfeed. The article about wifi and testicle is on  fluctuat.net

La fête du slip

Ils ont osé. Si je vous jure ! Une nouvelle carte de la taille des bites en Europe a fait trembler mes outils de veille internet il y a deux jours. Mais alors, celle-ci rattrape-t-elle la précédente ? Que nenni mes malheureux. C’est pire. Cette fois-ci, même pas de prétendue recherche scientifique au long cours menée de façon méticuleuse, de bite en bite avec une règle décimale.

Quand bien même, si nous considérions que ces données étaient vérifiables, on pourrait se poser la question de la méthode. Les hommes se sont-ils laissés tripoter la nouille tranquillement alors qu’ils étaient en pleine érection ? Le/la scientifique en charge de la mesure a-t-il ou elle donné de sa personne pour permettre le recueil de données ? Mouais, moi je vous le dit mes amis, c’est que du bullshit tout ça.

Du coup, restons dans la thématique mâlesque ce soir, et intéressons-nous à l’autre constituant du package génital de ces messieurs : les testicules.

Cela fait plusieurs années que les scientifiques recommandent aux hommes de ne pas travailler un ordinateur sur les genoux, à cause des risques d’infertilité que la chaleur peut provoquer. En effet, 30 minutes d’utilisation peut faire augmenter la température de 2,5°C et ainsi être à l’origine d’une hyperthermie scrotale (surchauffe des bourses non imputable au décolleté de la voisine mais au sus-cité ordinateur). Cependant, une nouvelle étude publiée dans The Fertility and Sterility Journal par Conrado Avendano et son équipe suggère que le wi-fi serait bien plus dommageable au sperme que la chaleur. En effet, les ondes électromagnétiques émises et reçues par l’engin (l’ordinateur, pas le paquet du mec, suivez !) causerait immobilité et dommages génétiques aux spermatozoïdes. Dans leur expérience, 25% des spermatozoïdes placés 4 heures sous un ordinateur émettant du wifi ont cessé de bouger, et 9% ont vu leur code génétique modifié (contre 14 et 3% sans wifi). Les scientifiques restent prudents et invitent à de plus amples investigations, ce genre de résultat étant assez inédit pour le moment.

La morale du post de ce soir : aérez-vous les boules les mecs, et au besoin faites-vous aider par votre voisine. Qui pourra dans la foulée vous mesurer le membre pour créer une vrai carte. Je me propose de réunir les données !!

sources : pour la carte pleine de vérité scientifique, remercions Buzzfeed. L’article sur le wifi et les testicules, c’est sur fluctuat.net.