Shake tes boobs !*

En cette semaine de fin septembre, alors que nous suons tous comme des petits porcelets, un des mes profs préféré, Laurent C., a illuminé mon mercredi moite. Alors non, je vous arrête de suite, Internautes-mauvaises-langues, ça n’a rien à voir avec sa personnalité rayonnante, son humour acéré, son aura internationale ou même le fait qu’il soit mon tuteur pour un projet qui semble infini. Non, il lui aura seulement suffit de nous montrer une photo pour m’envoyer du rêve:

Cette brassière fushia, toute de dentelle recouverte (vous remarquerez que l’inventeur est un homme, il perd pas la boule), est un prototype compris dans un ensemble appelé Sentient City Survival Kit. Mark Shepard, le cerveau génial ou dérangé (selon les points de vues et le taux de sudation subit au moment de la mise en contact) qui a créé cet artefact, l’a accompagné d’un caleçon également équipé du même appareillage. Le tout a notamment été présenté lors du festival Ars electronica.

MAIS A QUOI CA SERT ?? Je suis personnellement restée très perplexe suite aux explications douteuses de Laurent C. J’ai donc mené ma propre enquête, et je ne suis pas déçue du détour. Le concepteur a fait le pari que dans un futur plus ou moins proche, les centres commerciaux seraient truffés de capteurs RFID (Radio Frequency Identification Tag). Ces capteurs seraient une façon de traquer les consommateurs, d’analyser leurs habitudes et par conséquent de leur proposer des produits mieux adaptés à leurs besoins. Pour ceux qui ont vu Minority Report, il y a une scène assez marquante qui dépeint cette pratique telle qu’elle pourrait être. Mais la controverse est bien évidemment que cela réduit encore une fois de plus les libertés individuelles.

Ces sous-vêtements du futur sont donc équipés de capteurs qui repèrent les ondes radios émises par ces fameuses puces RFID. Par le biais de vibrateurs judicieusement placés sur les tétons pour les femmes, et le haut de la cuisse pour les hommes (on se demande pourquoi tant d’iniquité), le système alerte le porteur de tels capteurs RFID à proximité. La personne serait ensuite libre de choisir entre être traquée à des fins commerciales ou partir.

La question que je me pose c’est: si de tels procédés limitant les libertés personnelles sont mis en place un jour, ils risquent très fort d’être présents absolument partout. Les porteurs de ces sous-vêtement vibrants seraient donc constamment stimulés du téton ou du haut de la cuisse ! Ça ferait de cette brassière un sextoy efficace pour les sensibles du mamelon, à défaut d’un gardien de notre liberté quotidienne.

*ce magnifique titre franglais est dédicacé à Bee, qui prend un  malin plaisir à me faire remarquer que je mélange français et anglais en permanence. Merde ma chère ;)