Strip sciento-clitoresque

Connaissez-vous le collectif Strip Science ?

Composé de bloggeurs scientifiques et d’illustrateurs BD, ces passionnés de science proposent des petits strip scientifiques très sympas et qui changent dans le paysage. Je fais partie de ce collectif, et j’ai eu la chance qu’Alain Prunier, auteur du blog Koua de neuf, nous propose une relecture de mon précédent post « Sale temps pour les clitos« , en mode BDique.

ENJOY

Sale temps pour les clitos

Cet article m’a très gentiment été inspiré par Taupo de Strange Stuff And Funky Things. Je tiens à le remercier et j’espère que de nouvelles collaborations verront le jour d’ici peu !

Mes chères Internautes vaginées, le jour est grave. Je me dois de vous faire part de nouvelles terribles. Deux nouvelles, tombées en juillet dernier et début octobre, mettent en péril le sexe oral, et par conséquent les cunnilingus. Oui mesdames, LES CUNNILINGUS ! La meilleure forme de contre-attaque commence selon moi par une bonne information concernant l’ennemi. Je vous invite donc à lire ce qui suit…

1. L’expression « chaude-pisse » vous dit-elle quelque chose ? Cette merveille de la langue française désigne une MST infectant les voies génito-urinaires, appelée également gonorrhée et provoquée par des bactéries. Le petit soucis très justement souligné par le Gonococcal Isolate Surveillance Project, c’est que les résistances de ces bactéries aux antibiotiques ont beaucoup augmenté durant les dernières années. On est par exemple passé d’une résistance de 0,2 à 1,4% à la céfixime, et de 0,1 à 0,3% à la ceftriaxone, de 2000 à 2010. De plus, une nouvelle souche de gonorrhée, affectueusement appelée H041, est apparue. Et cette dernière présente une résistance de 4 à 8 fois plus importante à la ceftriaxone !

2. Le 3 octobre 2011, le Journal of Clinical Oncology a publié un article affirmant que 72% des tumeurs de la gorge observées chez les hommes pourraient être liées au papillomavirus humain (HPV). Ça vous rappelle quelque chose cette histoire chelou de papillon ? Vous avez bien raison. L’HPV a fait partie d’une grande campagne de vaccination ces dernières années, afin de protéger les jeunes filles contre le cancer du col de l’utérus (qui peut être dû au papillomavirus humain). Sauf que les hommes exposés à ce virus peuvent développer des cancers de la gorge, et que les chiffres seraient tellement important que la cigarette serait comparativement moins dangereuse pour les gorges de nos lécheurs de minous.

Voyez, comme notre plaisir est mis en danger ? Mesdames, ne nous laissons pas faire. Si votre homme/plan cul/coloc-complaisant vous menace de stopper toute activité linguale, je vous propose de stopper à votre tour toute tractation vaginale. Et de lui présenter des alternatives de Fleshlight: des vagins de cyborg, vampire, Frankestein et zombies synthétiques. Ça devrait lui couper l’envie de jouer au plus malin…