Sex is no accident…chap1

Pas de post ce soir (oui oui, je vous entends, je sais que vous êtes déçus), pour cause de vie trop chargée. Comme je pense quand même à vous et vos appétits sexuels incommensurables (cf. Mathilde, qui passe sa vie à me linker des pages web ;) ), voici le premier visuel d’une campagne de pub pour MTV intitulée Sex is no accident. C’est d’ailleurs très bien vu de la part de la chaine, puisqu’elle crée le buzz, tout en se faisant de la pub et en propageant un message de précaution concernant le VIH : ALWAYS USE A CONDOM, chose qu’on ne répètera, j’en ai bien peur, jamais assez.

Peace and sex on you my friends

Sexer tue

On sait déjà que de nombreuses choses sont susceptibles de nous mener droit à la tombe: fumer, boire, ou encore être bien trop sérieux. Et voilà que des scientifiques peu soucieux de notre moral en ces temps difficiles nous pondent une étude qui devrait redonner un coup de boost à l’industrie du canard jaune.

Ces chercheurs américains du Tufts Medical Center à Boston et de Harvard ont voulu vérifier si l’activité sexuelle associée à une activité physique irrégulière pouvait causer des accidents cardiaques. En d’autres termes, est-ce que les grosses feignasses qui bougent jamais leur boule (quoi ? non, cette dénomination peu flatteuse ne m’est pas destinée) risquent l’infarctus si elles ont le bonheur de croiser un Don Juan physiquement intelligent et dynamique au pieu ? Et bien mes choupinous tenez-vous bien aux touches de vos claviers…la réponse est OUI.

Nos chercheurs américains ont passé à la moulinette plein de chiffres et d’études préliminaires pour nous sortir ce résultat déprimant. La meilleure chose à faire si vous n’êtes pas un pro du jogging est donc de passer à la méthode manuelle (encore une victoire de canard !) OU de ne plus sexer…ou alors juste de pas en tenir compte, et aller réviser votre kamasutra avec votre moitié/fuck bud/voisin(e)/chien.

La revanche des tétons

Après mon billet sur la carte de la taille des bites, audrey8675 m’a justement fait remarqué qu’il existait la même carte pour la taille des bonnets all around the world. Pour tous mes amis couillus et mes amies à vapeur, voici donc la très plantureuse carte ci-dessus (un petit clic pour la voir en plus grand).

Que nous apprend cette carte ? Aussi voyant qu’un téton qui pointe sous un tee-shirt blanc (oui on reste dans la thématique hein), les pays nordiques et la Russie affichent un rouge flamboyant nous indiquant que la moyenne nationale des bonnets est supérieure à un D. SUPÉRIEURE AU BONNET D ?!?! Nos voisines du Nord jouissent donc d’un stéréotype absolument parfait: grandes, blondes, et avec des poitrines de dingues. Si j’étais méchante, je dirais que c’est la faute au nuage de Tchernobyl, mais heureusement je ne suis pas comme ça.

La Chine mammaire reste aussi décevante que la Chine pénienne. Le Brésil et les USA atteignent respectivement les bonnets C et D, surement grâce au travail acharné des chirurgiens esthétiques locaux.

MAIS, et je suis désolée de briser dans l’œuf vos préparatifs de voyages déjà avancés depuis la minute de lecture de ce post, il y a un petit-minus-microscopique problème: cette carte ne présente pas de résultats scientifiques (du moins ils ne sont pas cités). Enfer et damnation ! Je vous conseille donc de vous rabattre sur la carte de la taille des pénis, en attendant avec impatience celle sur la taille des minous…

Jeudi c’est sperm-allergy

De toutes les maladies liées de près ou de loin à des parties génitales dont j’ai pu avoir l’écho (ou vivre les démangeaisons), aucune ne m’a jamais fait rire. C’est maintenant chose faite avec l’allergie au sperme, qui m’a valu un grand moment de solitude seule devant mon écran d’ordi (merci Mathilde).

L’allergie au sperme est donc rare, mais arrive pourtant à quelques poissards (fingers crossed). Elle serait plus courante chez les femmes et moins chez les hommes. Vous me direz, ça doit être drôlement pas pratique de devoir faire attention à pas se juter dessus, et contraindre à de complexes contorsions au moment fatidique.

Amis hypocondriaques, PAS DE PANIQUE ! Le fait que vous ayez eu un contact buccal/anal/vaginal/ombilical avec le sperme d’un individu récemment ne signifie pas que vous allez devenir allergique au sperme. Néanmoins, les symptômes de cette réaction allergique sont sans équivoque, et s’il vous arrive de ressentir «une réaction locale, avec un œdème de la vulve et des démangeaisons» (Dr Pascale Mathelier-Fusade, allergologue) après l’éjaculation, je vous conseille alors de vous inquiéter. Niveau traitement, 2 choix s’offrent alors à vous: la désensibilisation allergique classique ou l’utilisation à vie de capotes.

Petite phrase de la fin qui va bien: « l’allergie au sexe c’est balo, c’est un peu comme l’allergie à l’amour »

Mise à jour du 11/04/2011 :

Preuve que le sujet intrigue, le journal La Recherche a publié en Mars une petite brève sur l’allergie au sperme, du point de vue masculin (merci B.H. !!!)

dans La Recherche mars 2011

Abstinence et gros mensonges

Après ces premiers articles et notes, je pense que vous pouvez maintenant lire en moi comme dans les yeux d’une vierge effarouchée. Il est donc aujourd’hui de notoriété publique que je prends un plaisir malsain à parcourir le web à la recherche d’info scientifico-lubrique. Celui-ci se montre particulièrement prolixe en la matière, d’autant plus que mes amis/connaissances/qui-t’es-toi?  n’hésitent pas à me bombarder de liens, vidéos, articles et autres âneries graveleuses. Mon seul souci est donc de choisir lequel fera les choux gras des mes pages virtuelles. Hier donc, mon amie Kilia (de L’astro au bout des doigts), qui est surement bien plus intéressée par la chose qu’elle ne veut bien l’avouer, m’a envoyé un article qui m’a fait pleurer des larmes de sang (oui je voulais mettre des larmes de sperme, mais en fait ça aurait sous-entendu que j’avais plus de testostérone dans le sang que prévu…).

Cet article, relayé par le site LePoint.fr, expose les résultats d’une étude américaine apparemment sérieuse (selon le New York Times), qui nous dit que le nombre de jeunes américains vierges est passé de 22% à 28% entre 2002 et 2010 (jeunes de 15 à 24 ans). Alors là, la première chose qui me vient à la bouche c’est WHAT THE FUCK ?!? Je vais donc vous gratifier de mon point de vue sous la forme d’un magnifique graphique…

spéciale kassdédi à Maïa Mazaurette

Mais comment ça « des mythos » ? Comme le dit si bien l’auteur de cette article, la société américaine est un peu spéciale: elle est très influencée par des lobbies pro-abstinence, mouvements chrétiens et consorts. Sauf que personne n’a pris en compte le facteur mensonge. Si vous aviez une pression culturelle aussi forte sur les épaules, venant de votre famille, amis et même de vos icônes (cf. les anneaux de chasteté des stars)…vous avoueriez que vous avez déjà couché à un scientifique en quête de chiffres ??? NON.

Attention à l’interprétation qui est faite des chiffres. CQFD.

La carte du monde des bites

Je sais que vous en rêviez depuis toujours afin de planifier au mieux vos vacances et je milite d’ailleurs dès à présent pour l’ajout d’un critère « taille de zgeg » dans les agences de voyages…Internet est votre ami et vous propose donc la carte du monde des tailles de bites.

Alors tout d’abord, il faut noter que cette carte fut créée à partir de données scientifiques, et à des dates plus ou moins récentes. Mesdames je vous mets donc en garde, ne soyez pas rebutées par un léger 10,89 cm chinois datant de 1953 : ces engins sont depuis longtemps hors service, et l’espoir est entre les mains de la jeune génération.

Je tiens néanmoins à pointer la belle position de la France, ainsi que ces ex æquo : l’Italie, la Hongrie ou encore la Hollande. On sera néanmoins déçues d’un score Irlandais décevant, qu’un accent, aussi sexy soit-il, n’excuse pas.

De manière générale, la zone géographique située entre les deux tropiques semble abriter la population masculine la mieux dotée, et ça c’est une bonne nouvelle : vacances au soleil rime donc avec marche de canard au réveil !

ENJOY

Gaydar 2.0

Les scientifiques sont comme des gamins dans une cour de récré: tantôt à chercher des vers dans les profondeurs du bac à sable, tantôt à jouer à chat…Tout comme des marmots, ils n’hésitent pas à se disputer sur la méthodologie à adopter pour telles ou telles recherches, quitte à décevoir la gente féminine dans sa majorité au final.

Prenez par exemple A. J. Klar qui nous affirmait en 2004 que nous pouvions updater notre gaydar (pour toi au fond, un gaydar est une sorte de 6ème sens nous permettant à nous, femelles, de sentir le gay venir au loin) avec une nouvelle fonctionnalité : une sorte de gaydar 2.0 en somme. Klar donc, surement au fait des difficultés rencontrées quant à la détection du mâle à vapeur, nous béni d’une publication mettant en avant une possible relation entre le sens de rotation des épis capillaires des hommes et leur orientation sexuelle. Quelle invention magnifique ! Il nous suffisait alors de regarder les épis de monsieur pour avoir une idée de son orientation : les épis tournant dans le sens des aiguilles d’une montre était décrit comme 3,6 fois plus présents chez les gays. Hurray ladies !!

MAIS (il y a toujours un mais), Gene Schwartz et son équipe de troubles fêtes ont mis les pieds dans le bac à sable et inversé la vapeur en 2004. Après une étude à la méthodologie un peu plus rigoureuse, ils ont démontré que cette histoire d’épis était fortement capillo-tractée. Notre gaydar a donc perdu sa toute nouvelle update. Cependant, ces chenapans ont permis d’appuyer une autre théorie toute aussi farfelue nommée The Birth Order Effect (ça ferait un super titre de film à suspense). Cette théorie nous apporte donc un autre filtre à ajouter à notre gaydar : plus un mec a de grands frères nés de la même mère, plus il a de chances d’être gay.

Je propose donc, mes chères internautes, que nous commencions toutes discussions avec un mâle physiquement intelligent par une question concernant son ordre d’arrivée dans la lignée fraternelle de sa famille. Enfin, jusqu’à ce qu’un autre chiard vienne contredire cette nouvelle tactique de sioux…